Collection de fèves quartier de la Butte aux Cailles

Cette année, nous mettons à l’honneur 7 rues du quartier de la Butte aux Cailles qui mènent à votre boulangerie Lorette.
Réalisées par l’entreprise Panessiel dans la région de Grenoble, nos fèves sont en porcelaine. Elles sont décorées une à une à la main en France, dans un atelier qui apprend aux personnes loin de l’emploi à trouver leur place dans la vie professionnelle.

Fève Made in France boulangerie Lorette Paris Butte aux Cailles

Le nom de cette rue est issu de d’un endroit élevé dominant la Bièvre, dit la Butte-aux-Cailles, probablement peuplé de cailles autrefois et recouvert alors de vignobles.
Aujourd’hui, c’est une des rues principales du quartier de la Butte-aux-Cailles où se concentrent un grand nombre de bars et restaurants.

RUE VANDREZANNE
Nommée d’après le nom du propriétaire des terrains, cette voie est intégrée à la ville de Paris en 1863 et donne accès à la partie orientale de la Butte-aux-Cailles depuis l’avenue d’Italie en débouchant sur la place Paul-Verlaine. Cette rue qui forme un coude est devenue piétonnière dans sa partie la plus proche de la rue Bobillot.

Un moulin de ce nom était situé en rive droite du bras vif de la Bièvre et s’élevait au carrefour actuel des rues du Moulin-des-Prés et Henri-Pape. Cette rue de 780 mètres est un havre de paix à deux pas de l’avenue d’Italie.

PLACE PAUL VERLAINE
Cette place était anciennement nommée « place du Puits-Artésien » en raison du puits artésien de la Butte-aux-Cailles foré à cet endroit, de 1863 à 1872 (fontaine remise en état en 2001). Elle prend son nom actuel le 15 mai 1905 et rend hommage au poète Paul Verlaine (1844-1896).
Située au 5, place Paul-Verlaine, La piscine de la Butte-aux-Cailles est l’une des plus anciennes piscines en France, classée monument historique de la capitale.

RUE BOBILLOT
La rue doit son nom à Jules Bobillot (né à Paris en 1860, décédé à Hanoï le 18 mars 1885), d’abord journaliste, engagé à 20 ans au 4e régiment du génie. Sergent durant la guerre franco-chinoise, il se distingue par son courage et après son décès il devient rapidement un héros colonial, symbole du patriotisme promu par la Troisième République.

Cette rue, ouverte en 1883 par la ville de Paris, porte le nom d’un ouvrier typographe et homme politique Martin Bernard.

La rue porte le nom du village de Pouy, dans département de l’Isère, où était née la femme d’un ancien propriétaire local.

 

Collection de fèves quartier de la Butte aux Cailles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
Facebook
Instagram